[WordCampParis 4] Conseils pour le développement de plugins WordPress

Au cours du WordCamp Paris #4, j’ai pu assister à un atelier de conseils et retours d’expérience pour le développement de plugins WordPress.

Voici donc mes notes, et pistes de réflexion, en vrac :

  • L’utilisation du répertoire mu-plugins/ peut être intéressant : les plugins fichiers ( aucun dossier n’est crawlé ) sont activés automatiquement, et n’apparaissent pas dans l’administration. Un reliquat de WordPress MU, qui peut rendre quelques services.
  • Les parties de vos plugins utilisées uniquement en admin doivent être isolées avec une condition is_admin(). Performances, toussa.
  • à la désactivation du plugin, il faut faire du ménage dans les fichiers créés par ce dernier, à l’aide du hook register_deactivation_hook.
  • Aucune solution n’est incluse dans WordPress pour permettre la mise à jour automatique de plugins non présents dans le repository WordPress.org. à coder ou rendre publique son extension.
  • Il a été rappelé que la publication de plugins sur le repository peut apporter une notoriété d’expert, mais que le prix à payer en temps pour faire le support client est important, p
  • L’idée d’un repository de plugins en licence WTFPL a été lancée.
  • Pour l’instant, aucun plugin n’est prévu pour accompagner par défaut Hello Dolly et Akismet avec l’installation de WordPress.
  • Il est nécessaire de fouiller le code de WordPress pour trouver les conventions de nommage.
  • Un plugin devrait idéalement avoir un code structuré, commenté, réutilisable, documenté, internationalisé, optimisé (cache, bonne gestion de la mémoire), sécurisé (utilisation des roles et de wp_nonce)
  • Les Plugins créés par Scribu sont de bons exemples.
  • La classe wpdb doit être maîtrisée pour bien gérer les échanges avec la base de données.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *